Hervé PILLAUD | Quand l’actualité masque l’essentiel !
15980
post-template-default,single,single-post,postid-15980,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-13.1.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Quand l’actualité masque l’essentiel !

Quand l’actualité masque l’essentiel !

Qu’y a-t-il de commun entre la suppression des néonicotinoïdes, l’arrivée en Europe de Xarvio Field Manager et le lancement d’EIRA ? Rien apparemment, je ne suis même pas sûr que les deux derniers évènements vous disent quelque chose.

Néonicotinoïdes : ils n’en veulent plus !

Que dire des néonicotinoïdes ? Les néonicotinoïdes sont des insecticides agissant sur le système nerveux central des insectes concourant ainsi à leur destruction. Ils génèrent depuis plus de dix ans des polémiques entre agriculteurs et défenseurs de l’environnement. Sont-ils dangereux pour les abeilles, l’environnement et l’homme ? Sûrement si on ne veille pas à leur bon usage. Fallait-il les interdire ? Je ne suis pas qualifié pour le dire. Ce que je sais c’est que leur interdiction va poser des problèmes graves à l’agriculture là où il n’existe pas de solutions de substitution. C’est le cas des producteurs de betteraves mais comme le quidam bien-pensant pourra remplacer le sucre de betterave par le sucre de canne pour soigner son obésité, les paysans auront beau hurler, cela ne changera rien. Y a-t-il un vainqueur dans cette décision de supprimer ces néonicotinoïdes ? Je ne sais pas, les écolos crient leur victoire mais en est-ce une ? Les abeilles vont continuer à mourir pour des raisons moins avouables par les apiculteurs industriels, mais personne ne feint de le voir. Les agriculteurs se trouvent sans solution fasse à une interdiction et vont essayer de chercher des pseudos palliatifs de plus en plus compliqués à trouver. Résultat, de vainqueurs point n’en est !

Les industriels de la chimie, que l’on entend peu sur le sujet, sont eux déjà passés à autre chose.

Xarvio Field Manager, c’est quoi ce truc ?

Une autre annonce a fait moins de bruit cette semaine mais aura, si on n’y prend garde, un impact bien plus important sur l’agriculture. C’est l’annonce par Bayer du déploiement en Europe de Xarvio Field Manager son produit agricole numérique maintenant disponible pour tous les agriculteurs européens. Il pourra être associé à Climate Field View, fait pour capter la donnée.  L’offre est alléchante : « Xarvio Field Manager va pouvoir aider les agriculteurs à mieux gérer les maladies et les insectes tout en économisant de l’argent et du temps ». C’est fait, l’offre d’intelligence artificielle se substitue à l’offre de molécules : « Dormez tranquilles braves paysans, vous avez été contents de mes produits phyto, vous le serez tout autant de mon intelligence artificielle et je vous assure qu’elle sera acceptée par la société ». J’imagine déjà le discours : « nous avons entendu le message sociétal, nous avons les bio produits capables de se substituer aux molécules chimiques dont personne ne veut plus, nous continuons à vous apporter la solution, ne vous inquiétez pas ». Nous n’en avons pas encore conscience mais l’emploi des bio solutions sera bien plus complexe que l’utilisation de la chimie, elle nécessitera l’apport de l’intelligence artificielle pour s’assurer de leur efficacité et de leur innocuité. Bayer et ses concurrents l’ont compris ; alors, donnez-moi votre DATA, je vous offre en package l’intelligence artificielle et le produit, la boucle est bouclée, mais est-elle acceptable ?

Il nous faut ne laisser à personne le pouvoir sur nos données, la capacité de décision de l’agriculteur en dépend, mais revenons à l’information.

EIRA : l’annonce que personne n’a vue ! 

Sans qu’il n’y ait de rapport avec le reste si ce n’est le rapport agriculture/environnement, l’université de Wageningen aux Pays-Bas, s’est associée à EIT Climate-KIC et Clarmondial et ils ont annoncé ensemble le lancement d’EIRA. Wageningen aux Pays-Bas est une grande université pluri-disciplinaire dans le domaine de l’alimentation et du cadre de vie, et un des meilleurs centres de recherche sur l’agriculture au monde. EIT Climate-KIC est une communauté européenne de la connaissance et de l’innovation œuvrant pour une société prospère, inclusive et résiliente fondée sur l’économie circulaire sans carbone. Clarmondial, quant à elle, est une société de conseil en investissement qui se concentre sur des solutions pratiques, sociales et environnementales. Établie en Suisse en 2010, elle fournit des conseils personnalisés, y compris la structuration des investissements, la stratégie et le soutien au développement des affaires. Il faut, je pense, que les organisations agricoles portent le plus grand intérêt à cette initiative, elles ont même vocation à s’y impliquer si nous ne voulons pas une fois de plus regarder le train passer. Nous devons travailler avec EIRA à la recherche de solutions et à attirer vers nous des financements supplémentaires pour préparer un avenir durable et rentable. L’agriculture a vocation à nourrir bien sûr, mais nous devons prendre conscience qu’elle peut devenir une solution pour le climat et l’environnement. Nous pouvons en faire une source de profits, nous devons y consacrer toute notre énergie.

Les néonicotinoïdes sont interdites, les agriculteurs auront beau hurler, le bon peuple est rassuré, il peut dormir sur ses deux oreilles. Une page est tournée, il faut préparer demain. L’avenir ne se construit pas en ayant l’œil rivé sur le rétroviseur, il est nécessaire de s’impliquer dans les projets porteurs et ne laisser à personne le soin de nous offrir des solutions toutes faites.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.