Hervé PILLAUD | Les Entretiens de Valpré : « Homo Numéricus, l’homme accéléré ? »
15489
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-15489,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-13.1.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Les Entretiens de Valpré : « Homo Numéricus, l’homme accéléré ? »

Catégorie
Conférences et talks
A propos de ce projet

Dans un contexte de révolution numérique, l’entreprise se voit contrainte de réinventer ses modèles. La robotique décuple les potentiels d’action et les gains de productivité sont réels. Néanmoins, quelle place l’humain conserve-t-il dans les schémas de production ? La machine le libère-t-il davantage qu’elle ne l’assujettit ? Parce que l’homme conserve toute sa capacité d’anticipation, d’intuition et de rêve, il ne saurait être jamais remplacé par un robot. A condition toutefois de cultiver, par la formation, sa capacité d’adaptation et de laisser le sens guider son action.

Le sens, guide de l’action

Pour Hervé Pillaud, aucun doute :

« le métier d’agriculteur est, par nature, un métier d’astreinte. Les technologies numériques permettent de nous affranchir de certaines tâches et nous ramènent aux valeurs nobles du métier de paysan, y compris les tâches manuelles, très longtemps dévalorisées ».

« Les valeurs et les comportements l’emportent sur les compétences »

« tout dirigeant d’entreprise doit permettre à chacun de ses collaborateurs de développer un triple savoir : le savoir-faire, le savoir-être et le savoir-devenir. C’est ainsi que chaque collaborateur pourra aiguiser sa curiosité et sa sensibilité ». Et c’est bien cette sensibilité, souligne Hervé Pillaud, « qu’aucune machine ne remplacera jamais ».