Hervé PILLAUD | GLYPHOSATE : ET SI ON SE TROMPAIT DE DÉBAT ?
15512
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-15512,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-13.1.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

GLYPHOSATE : ET SI ON SE TROMPAIT DE DÉBAT ?

Catégorie
Articles et interview
A propos de ce projet

Lien : Gliphosate : et si on se trompait de débat ?

Est-ce vraiment sur la place publique que le débat doit se situer ?

Pourquoi interdire le glyphosate ? Si le risque premier du glyphosate est la santé, ce n’est pas son utilisation par les agriculteurs européens qu’il faut interdire. Il faut interdire tout de suite la commercialisation de denrées alimentaires dont la traçabilité ne prouve pas qu’il n’y ait pas eu d’utilisation de glyphosate dans le parcours cultural. Si nous voulons véritablement faire de la précaution un principe, c’est la seule attitude vraiment responsable. Une telle mesure nous garantira réellement, s’il y a un moindre doute sur le caractère cancérigène de telle ou telle substance.