Hervé PILLAUD | Agronuméricus
14869
home,paged,page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-14869,paged-2,page-paged-2,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-13.1.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Ex agriculteur, Auteur, Conférencier

Militant actif pour la cause agricole, je crois en la capacité de l’Homme à surprendre l’avenir. Je vibre et me nourris des expériences et des connaissances de chacun… parfois même de leur ignorance. J’aime un monde à parfaire, mais espère en un monde à admirer. Je crois en ces jeunes talents que je suis si fier d’accompagner de ma Vendée natale jusqu’au cœur de l’Afrique. Ils me donnent autant d’amour et de reconnaissance que de fil à retordre.

Découvrez ci-dessous mon dernier essai ⇓

« Cultivons l’avenir ensemble (ré)concilier agriculture et société »

« L’agriculture est au cœur de bien des débats, elle associe différentes préoccupations de la société́ : l’alimentation, la santé, les paysages, l’environnement… et que n’entendons-nous pas comme discours censés alerter pour les uns, justifier pour les autres, sans que les opinions n’aient véritablement de chances de se rejoindre. »

En préface de ce livre :

Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, souligne que : « Hervé Pillaud signe un ouvrage documenté et riche d’enseignements sur l’agriculture et sur l’alimentation, deux secteurs dont la valeur a été soulignée par la crise sanitaire de la COVID-19. […] Au travers d’une très juste analyse, l’auteur traite les principaux enjeux à relever pour renforcer la souveraineté de la France en matière agricole. […] ».

Pour sa part, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA insiste sur le fait que : « Rarement l’agriculture n’a été aussi attendue ! Hervé Pillaud a raison d’en faire le cœur de son ouvrage. […] Avec une population mondiale en croissance, dans un contexte de changement climatique avéré, il nous faut produire plus et mieux avec moins d’impacts sur tous les continents […]»

Le contexte actuel : Focus sur les rapports entre l’agriculture et la société́ :

Comment les agriculteurs ont-ils repris en main leur communication pour faire de la pédagogie sur la réalité́ de leur métier passion afin de faire évoluer l’opinion publique ?

Comment les consommateurs sont devenus des consom’acteurs ?

Quel avenir pour notre agriculture lorsque nous devons nourrir plus de 10 milliards de bouche tout en conservant la santé globale de notre planète, la santé des sols, des plantes, des animaux, des hommes ?

Une nouvelle façon de voir notre alimentation : Point sur les évolutions constatées et à venir de la consommation alimentaire

De nouvelles problématiques doivent être prises en compte : la santé de plus en plus pregnante, le nécessaire phasage de la production et des besoins, les évolutions et les interrogations de l’agroalimentaire, de la RHD, des circuits de distribution et les besoins d’une politique volontariste d’exportation.

Comment faire évoluer ce modèle, repenser la production : produits locaux en circuits courts, à des prix abordables avec une traçabilité́ infaillible qui permettent une juste rémunération des producteurs (multiplication des marques de producteurs) ?

L’agriculture, l’affaire de tous : Les enjeux environnementaux sont les nouveaux défis pour l’agriculture qui doivent être raisonnés et rationalisés.

Pour une agriculture durable, plusieurs changements sont à opérer : assumer le rythme biologique de la nature qui nous entoure, respecter le vivant, définir une meilleure gestion de l’eau et du carbone.

Ces nouvelles pratiques tendent vers une bio économie plus écologique, en phase avec la pratique de l’économie circulaire.

L’innovation et les nouvelles technologies au service de l’agriculture :

Des pistes de travail sont à ouvrir et développer : pour mettre l’agriculture sur la voie de la régénération, de la nécessaire innovation et de l’adoption des nouvelles technologies. L’apport du numérique à l’agriculture et aux agriculteurs sera essentiel, il doit être pensé en commun. Nous devons inventer la façon dont nous devons aborder l’organisation des données, l’intelligence augmentée. Il nous faut de revoir la formation et la recherche. Cette révolution verte permettra aux exploitants une meilleure traçabilité́, un meilleur management de leur production et bien autres choses encore.

Dans un monde en recomposition, une agriculture qui rayonne :

Une question devient désormais incontournable : que se passerait-il si l’on perdait le monopole de l’alimentation à cause de la multiplication des milieux artificiels et de l’agriculture urbaine ? Les territoires sont très attachés à leur fonction nourricière et leurs paysages façonnés par notre agriculture mais nous ne pouvons ignorer les milliards désormais investis dans ces nouvelles sources alimentaires.

Face à ces nouveaux enjeux, l’agriculture va devoir se réinventer pour tendre vers ce que j’ai appelé des territoires à missions. Sur ces territoires à mission, la mission de nous nourrir sera bien sûr essentielle, il nous faudra mettre en place un approvisionnement alimentaire équitable en veillant à la juste répartition des profits entre les maillons de la chaine alimentaire et en privilégiant l’approvisionnement local à chaque fois que cela est possible. Ces territoires à missions devront aussi imaginer comment rémunérer l’agriculture pour toutes les externalités positives qu’elle pourra leurs apporter comme le stockage du carbone, la régénération de la biodiversité …

ils m’ont fait confiance !