Hervé PILLAUD | La magie du petit oiseau bleu !
16197
post-template-default,single,single-post,postid-16197,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-13.1.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

La magie du petit oiseau bleu !

La magie du petit oiseau bleu !

Il y a quelques jours, mon compte twitter a passé la barre des 10000 abonnés, occasion de revenir sur neuf ans d’expérience sur la plateforme de micro-blogging. Sans que je ne le sache à l’époque, ce qui n’était qu’une curiosité au départ, en 9 ans le petit oiseau bleu va changer ma vie. 10000 abonnés, occasion de revenir sur quelques anecdotes !

Je me suis abonné à twitter le 14 novembre 2010 par curiosité mais également pour tester son potentiel d’influence ; à cette époque j’étais secrétaire général de la FDSEA de Vendée (branche départementale de la FNSEA, premier syndicat d’agriculteurs en France). Avant d’engager mon organisation dans une nouvelle forme de communication, je voulais tester par moi-même la plateforme de microblogging : voir si ce nouveau mode de communication permettait de mieux communiquer sur une profession mal comprise, d’échanger avec les consommateurs, d’autres agriculteurs, des vendéens avides de technologie et de communication… J’y trouverai assez vite deux agriculteurs s’essayant également à Twitter : @Yannzerodeux dans l’Aisne et @RemDumDum dans le Loiret, ils deviendront tous les deux des amis, twitter n’est pas uniquement virtuel, il est créateur de liens dans la vrai vie.

Créer du lien, échanger nos expériences c’est ce qu’imagina @emmanuelchopot fin 2011 en lançant sur twitter : « j’organise un tweet apéro au bar des Artistes à la Roche sur Yon le 27 décembre, vient qui veut ! ». Nous nous retrouvons une quinzaine, ne nous connaissant ni d’Ève ni d’Adam mais nous deviendrons pour la plupart des amis ; j’y rencontre celle qui allait devenir ma meilleure amie @FredeBarteau. Nous nous retrouverons ainsi chaque mois pendant plusieurs années. Le 21 juillet 2012, je reçois sur ma ferme le tweet apéro, nous n’étions plus 15 mais une bonne soixantaine. Occasion unique de faire découvrir les réalités de mon métier et de rompre quelques idées reçues. Un veau venait de naitre, ils le baptisent #Hashtag, l’année suivante une jeune journaliste de France Info @clarabdx fait un reportage sur l’utilisation des réseaux sociaux par les agriculteurs, elle l’intitule « Mon veau s’appelle Hashtag » il fera le tour du monde.

Quelques mois plus tard, avec Emanuel Chopot et Frede Barteau, nous créons Vendée RS en relation avec @MédiaAces pour promouvoir twitter et la communication par les médias sociaux. En 2013 lors d’une folle soirée nous organiserons des Vendée Digital Award, nous réunissons 800 personnes dans l’auditorium des Atlantes aux Sables d’Olonne pour récompenser les meilleures initiatives de communication social média. Durant ces neuf années twitter sera l’occasion de belles rencontres : @Virgile_Joly viticulteur improbable sur les contreforts du Larzac dans l’Aube, @HerveKabla et toute la troupe de @MediaAces que je ne peux tous citer de peur d’en oublier. Plus récemment, la création de France Agri Twittos sans que je n’y sois pour rien sera une vraie satisfaction, celle de voir qu’après les railleries et les critiques du départ les choses vous échappent pour devenir matures.  

C’est aussi par Twitter que j’ai rencontré Gilles Babinet @babgi au gré de la découverte un dimanche matin d’un tweet mentionnant un compte-rendu de lecture du livre : « l’Ère du numérique, un nouvel âge pour l’humanité » ; j’achète le livre, je le lis, en fait moi aussi un compte-rendu sur mon blog, le poste sur twitter en mentionnant l’auteur, qui miracle me répond ! Nous décidons de nous rencontrer quelques jours plus tard à Paris et finalement nous ne nous quitterons plus. Gilles deviendra un de mes meilleurs amis, me fera rencontrer beaucoup de monde et finalement de fils en aiguilles me conduira à écrire moi aussi deux essais sur le numérique et l’agriculture : Agronuméricus et Agroeconomicus. A partir de là je ferais des conférences sur la transformation de l’agriculture dans le monde entier. Il en fait faire et dire bien des choses le petit oiseau bleu !

C’est ainsi que de fils en aiguilles vous vous retrouverez 10000 à vous intéresser à mes gazouillis. 10000, c’est à la fois peu et beaucoup mais en tout cas suffisamment pour être conscient de ma responsabilité devant mon audience. Communiquer positivement des réalités de mon métier sur la plateforme est depuis le début mon leitmotiv ; j’essaie d’y être bienveillant autant que possible tout en me permettant quelques coups de pattes sans jamais être blessant. Ce que Twittter m’aura apporté de plus précieux, c’est la création de liens parfois surprenant dans la vrai vie, preuve s’il en faut que la plateforme de micro-blogging est dans la vrai vie. Pour terminer je me dois de satisfaire à la tradition des agritwittos qui est de passer les caps marquants par une chansons et pour le cap 10000 je ferme les yeux et je m’imagine chanter avec mes 10000 followers You’ll never walk alone Walk on… Walk on…

Merci Twitter !  

1Comment
  • remi dumery
    Posted at 13:14h, 14 août Répondre

    Bravo Hervé … d’avoir tenu le rythme, et d’avoir passé le premier la barre du #cap10000 !
    D’autres jeunes oiseaux de notre espèce passerons ce niveau bientôt !!
    A notre grande satisfaction !!

Post A Comment