Hervé PILLAUD | La buche des Noëls de mon enfance
16232
post-template-default,single,single-post,postid-16232,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-13.1.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

La buche des Noëls de mon enfance

La buche des Noëls de mon enfance

La bûche des Noëls de mon enfance était faite de bois, d’un bois dur, d’orme ou de frêne, sans aubier, que de bois de cœur, de cœur tortueux, celui qui tient longtemps, qui met la nuit à se consumer. Chaque buche avait son histoire, elle était choisie de longue date, de­vait être la plus belle, la plus sèche. Elle faisait la fierté de mon père qui l’avait choisie. Elle devait être à la hauteur de ce que l’on attendait d’elle. Elle devait réchauffer la maison, crépitant dans l’antre. Elle de­vait tenir, tenir longtemps, porter sa flamme que nous avions bénie. Elle devait être là encore, à se consumer le matin quand je m’asseyais sur le bord du foyer, découvrant le cadeau qui avait été déposé, bien avant que je me lève.

Tous les ans, dans l’hiver en « faisant le bois » dans les haies de notre bocage, mon père, comme les autres paysans, mettait de côté une bûche délicatement choisie. Elle venait toujours d’un vieil arbre, d’un arbre qui avait fini sa vie, duquel plus aucune sève ne montait des racines. La bûche venait de son tronc, toujours du cœur de son tronc. Dès janvier ou février, quand elle avait été choisie, il la ramenait dans la « loge », là où nous entreposions le bois pour l’hiver. Elle était posée sur d’autres rondins pour ne pas prendre l’humidité et sécher doucement jusqu’à Noël.

Le matin du 24 il la ramenait à côté de la cheminée. Elle passait la journée à se réchauffer et le soir, quand la nuit était tombée, nous la posions dans le foyer sur un lit de braises. Nous mangions la soupe comme chaque soir et, sitôt le repas (terminé), comme s’ils savaient que nous avions fini, mon oncle et ma tante arrivaient de Mareuil. Tous les Noëls, ils passaient la veillée avec nous. La bûche, avait commencé tout juste à se consumer. Ma grand-mère sortait une bouteille d’eau du fond de l’armoire, et une branche de buis séché. L’eau, les uns ou les autres, l’avaient rapportée d’un pèlerinage à Lourdes, et le buis elle le gardait délicatement depuis qu’il avait été béni à la messe des Ra­meaux.

Nous nous mettions alors tous autour de la cheminée, accompagnant mon grand- père qui égrenait à voix haute son chapelet. Nous bénis­sions chacun à notre tour, du plus vieux au plus jeune, le morceau de bois dans la cheminée avec le buis que nous avions trempé dans l’eau de Lourdes. Le rituel terminé, les hommes s’asseyaient autour de la table pour y taper une Coinchée, vieux jeu de cartes vendéen, venu de je ne sais où et aujourd’hui disparu. Les femmes restaient autour du foyer avec leur tricot. Nous passions la soirée à jouer avec ma sœur, heureux simplement de pouvoir rester veiller avec les grands. À mi­nuit, ma grand-mère déposait l’enfant dans la crèche, et nous allions nous coucher. Juste avant, nous avions déposé nos chaussons sur le bord du foyer, rêvant de ce que nous allions découvrir le lendemain, quand maman venait nous réveiller au retour de l’étable. Il y avait toujours deux cadeaux, un que ma mère m’avait acheté et un que mon père m’avait fabriqué. Ma sœur en avait autant, et une orange et quelques chocolats venaient compléter les cadeaux. Nous n’avions pas beaucoup d’argent, mais nous n’étions pas pauvres, il ne fallait pas gaspiller, c’est tout. Ce sont les plus beaux cadeaux de Noël que j’ai reçus, ils étaient ceux de mon enfance, de l’amour de mes parents et de mes grands-parents. Nostalgie d’un temps passé, allez-vous penser ? Je ne crois pas, j’ai connu et je connais encore de beaux Noël en famille, avec Christine et nos enfants et notre petit fils, et ils sont tout aussi agréables. Simplement, ceux de la bûche sont ceux de mon enfance.

1Comment
  • Hind Hydro'Germ
    Posted at 01:02h, 25 décembre Répondre

    merci Hervé de nous avoir fait rêvé ces quelques instants, c’est tout simplement magique, joyeux Noël 🎉🥂⛄

Post A Comment